Voyages intérieurs avec Gaëtan – 01 : Et si on se disait bonjour ?

Cet article est issu de mes notes pour le premier épisode de mon podcast “Voyages intérieurs avec Gaëtan” : Et si on se disait bonjour ?. Pour l’écouter, rendez-vous sur Spotify.

L’importance d’un bonjour

Tous les jours ou presque, que ça soit à l’oral ou par écrit, nous disons bonjour aux personnes avec qui nous sommes en interaction. Au-delà de la simple politesse, dire bonjour à une personne c’est se mettre en lien avec elle. C’est faire attention à elle, la considérer, la reconnaître sa place sur cette Terre. C’est reconnaître sa qualité d’être humain. Peut-être que vous avez vécu des situations où vous avez dit « bonjour » à quelqu’un, et ce quelqu’un ne vous a pas répondu bien qu’il ait très bien entendu votre salut. Il vous a même regardé, mais a quand même passé son chemin sans rien dire.

Autre situation que vous avez peut-être vécue : celle de rentrer dans une salle, de dire bien distinctement bonjour à l’assemblée et que personne ne vous répond. Si vous avez vécu ces scènes-là, je vous invite à vous rappeler ce que vous avez ressenti durant ces moments. Il est possible que vous vous soyez senti heurté, pas considéré, rejeté, en colère, humilié. Peut-être même que vous vous êtes dit : « De toute façon, je ne mérite pas qu’on me regarde, qu’on m’accorde de l’attention ». Ou encore d’autres choses. Peut-être qu’il vous est arrivé de faire face à une personne vexée parce que, pris par vos pensées ou angoisses, vous l’avez abordée sans la saluer. Lorsqu’un « bonjour », ne nous est pas accordé, une part de nous est blessée, déshumanisée.

Les différentes qualités d’un bonjour

Voyages intérieurs avec Gaëtan - 01 : Et si on se disait bonjour ?

Le « bonjour » peut avoir des qualités différentes. Il y a les « bonjours » que nous disons automatiquement, sans être vraiment présents à l’autre ; les « bonjours » cordiaux, les « bonjours » crispés. Même s’ils ne sont pas des « bonjours » francs », ils restent importants. Imaginez un monde où personne ne se dirait bonjour !

Et puis il y a le bonjour joyeux, chaleureux, celui où immédiatement nous sentons que notre être est accueilli entièrement. Il peut venir tout aussi bien d’un proche que d’un inconnu.

Pratique n°1

Je vous invite à fermer les yeux quelques instants et à invoquer un souvenir où un proche vous a adressé ce bonjour joyeux, chaleureux voire tendre.

Puis, je vous propose de faire le même exercice, mais avec un souvenir où vous avez reçu ce bonjour par un parfait inconnu…

Vous pouvez noter ensuite vos ressentis sur un cahier.

Se dire bonjour

J’ai encore une proposition à vous faire. Nous disons bonjour aux autres, mais si vous vous disiez bonjour à vous-même ? Au premier abord, ça peut paraître ridicule. Pourquoi se dire bonjour à soi-même ? Pour les mêmes raisons évoquées plus tôt. Se dire bonjour c’est se considérer, se porter attention et surtout c’est s’accueillir pleinement tel que l’on est avec ses parts lumineuses et ses parts souffrantes, c’est faire preuve d’amitié envers soi.

Pratique n°2

Alors si vous vous disiez mentalement ou à voix haute : « Bonjour – et vous pouvez dire votre prénom -. Je t’accueille pleinement tel que tu es là maintenant. Tout est OK». Observez ce qui se passe à l’intérieur de vous. Est-ce que c’est facile de vous dire bonjour ? Est-ce qu’il y a une crispation quelque part ? Une pensée qui survient ? Comment ça se passe ? Généralement, après un bonjour, il y a un comment ça va ? Alors, comment allez-vous, là maintenant ? Physiquement ? Émotionnellement ?

Si vous le souhaitez, vous pouvez partager votre expérience du bonjour en commentaire.

Retour en haut